Le pouvoir de la respiration (7)


La Respiration & la Relaxation

Bien qu’il s’agisse d’un marqueur majeur de progrès thérapeutique, le mécanisme de la respiration pour la relaxation est trop souvent l’objectif exclusif de la formation et de l’apprentissage de la respiration.

Une bonne respiration n’est pas synonyme de relaxation : Une bonne respiration est importante en toutes circonstances, que l’on soit détendu ou non.

La simplicité est plus importante que la relaxation, car la simplicité facilite la relaxation, mais la relaxation ne favorise pas nécessairement la simplicité et l’équilibre.

Cette « relaxation » peut réduire la réponse au stress et sauver des vies, être un changement dans la conscience et la cognition, ou n’être qu’une sorte d’état de transe transitoire. Par conséquent, un grand pourcentage de thérapeutes et de formateurs qui enseignent la respiration peuvent dérégler la chimie respiratoire en induisant une « respiration excessive/déséquilibrée » avec leurs instructions de « relaxation » aux stagiaires, sans se rendre compte qu’ils induisent une crise psycho-spirituelle et psycho-physiologique à l’échelle du système par la création ou l’exacerbation de l’hypocapnie, c’est-à-dire du déficit en dioxyde de carbone.

Cela a souvent pour conséquence d’exacerber les défauts respiratoires, ou de fausser l’équilibre et la coordination de la respiration optimale, ainsi que de désorienter le client/patient.

Une bonne respiration se traduit par l’optimisation de la psycho-physiologie respiratoire, et contrairement à la pensée populaire, apprendre à bien respirer ne signifie pas simplement une respiration profonde, lente et diaphragmatique dans le contexte de l’apprentissage de la relaxation.

Mieux respirer consiste à réguler la chimie du sang, par une ventilation correcte du dioxyde de carbone, en fonction des exigences métaboliques et autres exigences physiologiques associées à toutes les activités et circonstances de la vie : relaxation ou stress, repos ou défi, fatigue ou excitation, attention ou concentration, jeu ou travail.
Une chimie respiratoire déréglée et déséquilibrée, c’est-à-dire une hypocapnie (carence en CO2) résultant d’une respiration excessive, est synonyme de crise physiologique
grave impliquant des compromis à l’échelle du système, avec des conséquences physiques et mentales de toutes sortes.
Évaluer, établir, maintenir et promouvoir une bonne chimie respiratoire est extrêmement important dans toute pratique professionnelle impliquant un entraînement à la respiration. Une bonne chimie respiratoire établit un contexte systémique propice à l’optimisation de la santé et à la maximisation des performances.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close